samedi 28 février 2009

Animal Collective - Merriweather Post Pavilion

Cela fait bien déjà un mois que le débat et les chroniques sont passés par les blogs musicaux des quatre coins du monde mais il me tenait à cœur d'apporter ma contribution sur le dernier Animal Collective qui a apparemment été l'évènement musical de ce début d'année. Soyons honnêtes dès le départ : je n'aime pas Animal Collective.

J'avais pourtant vaguement survolé trois de leurs albums depuis Here Comes The Indian sans y trouver la moindre satisfaction. Il était donc logique d'ignorer Strawberry Jam en 2007. Ma curiosité m'avait cependant jouée un mauvais tour cette même année en me laissant jeter un coup d'oeil à Panda Bear, un projet de Noah Lennox, un des membres d'Animal Collective. Vous l'avez deviné : le constat était le même (voire pire) que pour son grand frère.

Et voilà qu'en ce début d'année, notre collectif animal nous sort un neuvième album en pas plus d'années, accompagné de sa fameuse pochette qui fait mal aux yeux. Sans surprise, Pitchfork leur donne un gentil 9.6/10. Le petit chouchou de la classe a encore eu la meilleure note. Ca m'étonnerait pas que son papa couche avec la maîtresse.

Mais alors qu'elle avait été discrète pour les précédents, la blogosphère est cette fois tout en émoi à l'écoute de Merriweather Post Pavilion. Que se passe-t-il ? Y aurait-il une véritable révolution ou bien le papa aurait-il couché avec tous les blogueurs ? Cette histoire devient donc embêtante pour moi car je ne comptait pas écouter cet album. Mais c'est plus fort que moi, ma curiosité est trop grande : je me sacrifie. Et pour être sûr de ne pas me laisser tromper par un premier sentiment, j'ai écouté cet album de très nombreuses fois ces dernières semaines. Masochiste ?

Ca démarre plutôt bien avec In The Flowers dont les premières minutes me font passer à Pink Floyd. Paraît-il que cet album est plus "accessible" que les précédents. Ce premier extrait le confirme en tout cas avec une chanson plus structurée qu'à l'habitude. Puis vient My Girls, plus rythmée, plus dansante, avec des instrumentations plus variées, plus expérimentales, mais tout en restant dans un périmètre modéré. Jusqu'ici, tout va (à peu près) bien.

Les deux chansons suivantes (Also Frightened et Summertime Clothes) n'atteignent pas des sommets mais passent pas trop mal. Mention moyenne. C'est en fait Daily Routine qui m'oblige à ressortir mes vieilles pensées. 5 minutes et 48 secondes d'ennui. On attend la fin ou on clique sur le bonton "Next" de son lecteur MP3. Heureusement suit Bluish, peut-être bien ma chanson préférée de l'album, qui possède notamment une mélodie intéressante.

La suite ne confirme cependant pas. Les quatre chansons suivantes représentent ce que je n'aime pas chez Animal Collective : cette volonté d'écrire des chansons sans véritable structure, trop expérimentales, au détriment de la mélodie et du plaisir d'écoute. Avec tous ces mélanges de sons bizarres et de rythmes, on obtient un genre de patchwork ou crumble musical qui ne me plait pas beaucoup. Avec Animal Collective, j'ai l'impression qu'on est arrivé à un niveau où ce n'est plus vraiment le plaisir ou la beauté qui nous séduit, mais plutôt la curiosité, l'expérimentation ou la découverte, de la même manière qu'il en est avec toute autre forme artistique en fait. Dans la forme artistique qu'est la musique, ce n'est pas forcément ce que je recherche en priorité.

Au final, après de nombreuses écoutes, je dois dire que, sans surprise, je n'ai pas été convaincu par Merriweather Post Pavilion. Certaines chansons sont assez bonnes mais, personnellement, je n'accroche vraiment pas à leur style même si j'arrive à comprendre que certains y trouve du génie. Je sais pas si vous me reprendrez à écouter un de leurs albums !

Note : 11/20

Audio :
[mp3] Animal Collective - Bluish (retiré)

Acheter l'album Merriweather Post Pavilion d'Animal Collective sur Amazon

5 commentaires:

MrMeuble a dit…

Intéressant ! Je remarque que finalement, dans la blogosphère, cet album a beaucoup fait parlé c'est sur, mais finalement assez souvent avec des avis assez proche du tiens. style "je n'aime pas mais comme tous le monde devient dingue je vais me pencher dessus". Et avec souvent ce genre de phrase d'ailleurs très juste:
"Avec Animal Collective, j'ai l'impression qu'on est arrivé à un niveau où ce n'est plus vraiment le plaisir ou la beauté qui nous séduit, mais plutôt la curiosité, l'expérimentation ou la découverte, de la même manière qu'il en est avec toute autre forme artistique en fait."

C'est d'ailleurs en ça qu'ils sont aussi intéressant, d'un point de vue anthropologique presque.

Pour moi ils sont prescripteur non pas tant par leur musique de façon intrinsèque mais justement car ils sont symptomatique d'une nouvelle recherche musical, d'un nouveau mode d'écoute et d'aspirations différentes. A force d'écouter tant de merde depuis si longtemps et trop de bons truc depuis si peu, Animal Collective est devenu une sorte d'étendard de la nouvelle pop. Dans un monde ou écouter les cannons pop du moment est presque devenue une démarche intellectuelle...
Mais je m'égare.

Erwan a dit…

11/20 pour leur pire album: t'es sûr que tu n'aimes vraiment pas? ;-)

Gemma a dit…

me ha gustado la crítica! A mi me pasó lo mismo, después de ver todas la críticas no pude evitar escucharlo, y todavía no entiendo que le encuentran de tan magnífico....creía que era la única persona del mundo que cree que estar sobrevalorado. :P

Gemma (del last.fm) :)

Rouliane a dit…

Je me sentais un peu honteux de ne pas trop aimer ce qu'ils font, mais je vois qu'avec la sortie de cet album pas mal d'avis s'avèrent plus proches du mien.
J'ai bien aimé Strawberry Jam, du moins quelques chansons, et il en va de même pour celui-ci. Par ci par là j'arrive à trouver mon compte avec des chansons pas trop experimento-épileptico-tribales à tendance postapocalyptique, puisque j'aime la voix du chanteur principal et que certains titres sont de fichtrement bons hymnes pop, dans le sens noble du terme.
Cela dit les 3/4 me donnent un mal de crâne au bout d' 1mn d'écoute, et même en y portant toute mon attention j'arrive pas à en dégager la moindre touche de musicalité et de mélodie (ou alors elle est noyée dans un bruit ambiant assez insupportable)..

Je pense comme toi qu'on recherche plus l'expérimentation que la beauté, ou qu'on se touche en trouvant de la beauté là où les autres voient qu'un assemblage de sons proche de la cacophonie. c'est un peu ce que je reproche à ce milieu indie là, cette volonté de sortir du lot en encensant les groupes expérimentaux ou un peu originaux pour ce sentir hors de la vague actuelle.

A quand le prochain article ?

Anaïs a dit…

Au moins tu as succombé à l'excellente Bluish, c'est déjà pas si mal :)

Related Posts with Thumbnails